Marque ta page !

Il y a quelques jours Mya Rosa nous prévenait sur son profil qu’une édition offrait gratuitement des marque pages. N’étant pas riche en marque pages je me suis donc dirigé vers la page Facebook des Editions Scrineo. En effet après leur avoir envoyé un mail j’ai reçu une réponse deux jours après me disant que je recevrai moi aussi l’enveloppe. J’ai donc bien reçu la précieuse mardi. En l’ouvrant j’admet que j’ai été fort surprise de voir autant de MP. J’en suis très contente et en plus l’équipe est très polie. C’est don naturellement que je fais tourner leur page.

Et merci à Mya Rosa de nous avoir prévenus 🙂

Ingenue Tome 1 – Cabaret

De Jillian Larkin

Edition / Collection : Bayard Jeunesse

Date de parution : 15 mai 2012

Nombre de pages : 450

Prix : 16,05

Résumé :Gloria, dix-sept ans, rêve de vivre la nuit, de danser, de faire la  fête. Un soir, elle sort en cachette, en compagnie de son ami Marcus, et se rend dans un bar clandestin, tenu par le bras  droit d’Al Capone. Elle y rencontre Jerome, le pianiste de  l’orchestre et en tombe amoureuse. Mais leur histoire est  impossible : Gloria est blanche, Jerome est noir et, dans cette  Amérique des années 1920, les relations mixtes sont  interdites… De plus, Gloria est fiancée et va bientôt épouser le fils d’une puissante famille de Chicago. Sa cousine Clara arrive de New York pour aider aux préparatifs du mariage. Et Marcus tombe sous son charme. Mais Lorraine, la meilleure  amie de Gloria, ne le supporte pas, et semble prête à tout pour conduire Clara à sa perte…

♦♦♦

Voici le premier tome d’une saga qui traite encore des années folles. Je dois vous dire tout de suite que j’ai préféré ce tome 1 à celui de « Tout ce qui brille ». La je me suis bien sentie dans les années 20, je m’imaginais parfaitement le décor et les personnages. Gloria la jeune fille riche qui ne veut pas de la vie qui lui est pré-destinée (personnage qui ressemble très très légèrement à ma grande héroïne qui est Rose Dewitt Bukater dans Titanic, d’ailleurs certaines phrases m’ont fait penser au film, notamment les rapports avec sa mère).Lorraine la « meilleure amie » qui va devenir une véritable épave par pure jalousie (il en faut toujours une de ces filles, sinon ça ne saurait pas drôle n’est ce pas ?). Julia, la cousine qu’on ne réussit pas à cerner tout de suire, Marcus l’Américain type avec son sourire Ultra Brite, Sébastian le salaud de service qui se cache derrière les apparences et Jérôme…le musicien noir pour qui Gloria sera prête à tout.

Ajouter à ça quelques gloussements de la part de l’assistance et nous voila dans la mondanité.Et finalement on se dit que tout ces privilèges on n’en voudrait même pas…

Voici donc les ficelles de l’histoire (et je m’excuse de vous avoir un peu (ok beaucoup) spoiler le tempérament des personnages).Un premier tome d’une saga très prometteuse. J’ai eu l’impression que la fin fût un peu précipitée mais bien sur la toute dernière phrase donne déjà envie de se ruer sur la suite. Donc quand le second tome sortira je n’hésiterai pas une seconde.

Mon avis sur le film « Créatures Célestes » de Peter Jackson (avec Kate Winslet)

Résumé : 1952. Pauline Parker se lie d’amitié en classe de 3ème avec Juliet Hulme, plus vive et moins introvertie qu’elle.Passionnées toutes les deux par l’écriture elles dérivent lentement vers un monde imaginaire, renforçant à tel point leurs liens affectifs que la décision de leurs parents de les séparer ne pourra qu’aboutir à un drame.(Par le réalisateur du « Seigneur des anneaux »).

Cliques pour voir le film (ceci est la partie 1 mais les autres parties se trouvent dans la colonne de droite).

Mon Avis : Au commencement nous avons affaire à Pauline, petite brune timide et renfrognée. Puis arrive Juliet (Kate Winslet) qui est une nouvelle élève. Juliet offre à Pauline une joie de vivre et une bonne humeur à toute épreuve. Les deux jeunes filles se lient vite d’amitié s’inventant un monde à elle deux ou personne d’autres n’a sa place. Peu à peu cette amitié se transforme vite en une sorte d’amour et leurs parents le remarquant (surtout la mère de Pauline) veulent casser un peu cette ambiguïté pour que les filles ne s’enferment pas dans leur bulle et s’ouvrent à d’autres choses et d’autres personnes.
Mais les filles étant totalement dans leur monde ne vont pas supporter…

Il se passera donc un drame (mais je n’en dis pas plus pour ne pas gâcher le plaisir à ceux qui n’auraient pas encore vu le film). Je rappelle juste que c’est une histoire vraie. Juliet Hulme est en fait la femme du réalisateur Peter Jackson. Celui-ci a voulu faire un film du drame qui a secoué l’Amérique.

C’est donc le tout premier film de Kate Winslet et elle était déjà jugée sensationnelle !

Après cette affaire les deux amies ont eu ordre après le procès de ne plus jamais être en contact et de se voir. Juliet a continuer d’écrire et est devenue une écrivain à succès. Eh oui car elle est connue (attention accrochez vous bien) sous le pseudonyme d’Anne Perry !!
Donc si vous avez déjà lu cette auteure vous saurez maintenant qui elle est réellement.

 

Tout ce qui brille


De Anna Godbersen

Edition / Collection : Albin Michel (Collection : Wiz)

Date de parution : 2 avril 2012

Nombre de pages : 372

Prix : 15,20 €

Résumé : Letty Larkspur et Cordelia Gray fuient leur petite ville du Midwest pour la métropole scintillante de New York. Tout ce que Letty désire est de voir son nom en haut de l’affiche, mais elle comprend vite que Manhattan est rempli de jolies filles prêtes à tout pour devenir des vedettes… Cordelia, elle, est à la
recherche d’un père qu’elle n’a jamais connu, un célèbre contrebandier. Du jour au lendemain, elle découvre un monde excitant mais ô combien dangereux. Heureusement, elles ont une alliée : Astrid Donal, qui semble tout avoir : l’argent, l’allure et l’amour de Charlie, le frère de Cordelia. Mais l’apparence parfaite d’Astrid cache un lourd secret… Bienvenue à New York en 1929 !

Je m’étais promise d’arrêter les sagas jeunesse mais voila que j’entendais partout sur la blogosphère parler de celle ci. Et comment résister quand il s’agit des années 20, des années folles alors que j’adore ? c’était perdu d’avance.Sans compter que la couverture me faisait complètement craquer…

Vous l’avez compris, le livre en soit est un bel objet . Maintenant voyons un peu le contenu :

Deux jeunes filles saturant de leur campagne et de la vie qui les attend prennent un train pour New York la ville ou tout est possible. Dès le départ on remarque chez Cordélia une grande force. Elle sait ou elle va et ça se sent. Letty , quant à elle, et la jeune naïve dans toute sa splendeur et perdra vite toutes ses illusions de gloire et de paillettes. Dès le début on sait que sa chute ne sera pas des moindres.

Vient entre deux d’autres protagonistes mais on remarquera surtout Astrid qui est la petite touche pétillante mais capricieuse du roman.

J’ai aimé mais je suis un peu déçue tout de même car j’en attendais beaucoup…beaucoup trop peut être pour une saga jeunesse. J’ai eu l’impression d’être dans du gossip girl mais à une autre époque. Nombreuses sont les descriptions de soirées, d’alcools et de vêtements. Je dirai que ça se laisse lire mais qu’il ne faut pas en attendre plus que cela. Je lirai sans doute la suite mais ce sera sans doute juste par curiosité, histoire de connaitre le fin mot de l’histoire.

Ce livre est lu dans le cadre du challenge « Un été 100 % girly » :

L’elfe de la rose (et autres contes du jardin)

De Hans Christian Andersen

Edition / Collection : Gallimard

Date de parution : 13 mai 2005

Nombre de pages : 110

Prix : 2 €

Résumé :Dans les jardins enchantés d’Andersen, les fleurs et les animaux parlent aux enfants, fées, elfes et lutins essaient de vivre en harmonie. Mais derrière l’aimable façade du conte de fées se dissimule souvent une satire mordante de la société et de ses travers. Dix histoires pleines de poésie et de fantaisie pour redécouvrir l’univers merveilleux des contes de notre enfance avec un regard d’adulte.

♦ ♦ ♦

Voila que j’étais sur la route de ce que j’appelle les « grands auteurs », quand je me suis rendue compte que je n’avais encore rien lu d’Andersen.

Donc pour remédier à la chose me voila partie en quête d’un de ses ouvrages. Je voulais en prendre un petit pour me lancer sans trop me mouiller non plus étant donné que je ne savais pas si son écriture me plairait. J’ai donc choisi « L’elfe de la rose » pour son résumé et aussi car il était peu cher et très petit…

Et pour tout vous dire j’ai bien fait car aussitôt lu, il ne laisse aucune trace. Aucun des contes ici présents ne m’a particulièrement marqué sauf peut être le seul que j’ai aimé « l’Elfe de la rose » (celui du titre en somme). Pourquoi celui ci m’a marqué ? déjà car je l’ai trouvé joli mais il est assez glauque. Je ne vois pas vraiment comment on peut lire ce genre d’histoires à des enfants. Ce conte nous parle d’une jeune fille amoureuse. Son frère va tué son bien aimé et celle ci accablée par la tristesse va récupérer sa tête et la mettre dans un pot de fleurs. (oui oui vous avez bien compris).

Alors peut être que c’est moi qui n’ai pas compris grand chose au message que l’auteur voulait nous faire passer mais ce livre ne m’a pas fait rêver comme je l’avais espéré en lisant le résumé.