Le langage secret des fleurs

48. Le langage secret des fleurs

De Vanessa Diffenbaugh

 Edition / Collection : Presse de la Cité

 Date de parution : 12 mai 2011

 Nombre de pages : 404

 Prix : 19,48€

Résumé : Des azalées pour la passion, des roses rouges pour l’amour, du chèvrefeuille pour l’attachement… Ballottée depuis toujours de familles d’accueil en foyers, Victoria Jones est une écorchée vive que la vie n’a pas épargnée. Incapable d’exprimer ses sentiments à travers les mots, l’orpheline a appris à maîtriser le langage secret des fleurs, qui traduit parfaitement ses émotions extrêmes. A dix-huit ans, elle se retrouve à la rue et se réfugie dans un parc de San Francisco, où elle se crée un véritable jardin secret à partir de boutures volées au gré de ses errances. Sa rencontre avec Renata, une fleuriste, lui fait prendre conscience de son formidable pouvoir : celui d’aider les autres à communiquer leurs sentiments les plus profonds à travers des bouquets savamment composés. Pour la première fois, Victoria se sent à sa place. Il ne lui reste plus qu’à s’ouvrir au monde. Et à régler quelques comptes avec son passé…

♦♦♦

J’ai lu pour la première fois ce livre pendant l’ été 2011, pendant mes vacances sur la terrasse en Espagne (super cadre pour pareille lecture ) (détail des plus intéressants). C’est mon deuxième livre préféré. La première fois que je l’ai lu j’étais encore sur mon ancien blog et j’avais fais une très brève chronique plusieurs mois après l’avoir lu malgré le fait que l’histoire je m’en rappelle toujours.

Pour cette deuxième lecture j’ai pris autant de plaisir. Je me rappelais parfaitement l’histoire et j’ai toujours autant aimé les personnages si ce n’est plus…On redécouvre ce qu’on aime déjà.

Pour commencer je voudrais m’attardais sur le titre : bien que poétique pour certains mais trop guimauve pour d’autres (moi il me plait bien ^^) il n’est en rien niais. Certes il y a en fond une histoire d’amour mais il y a bien plus. Je ne cantonnerai pas ce livre à ça.

Le personnage principal est Victoria. Jeune fille au caractère très dur qui est en foyer depuis sa plus tendre enfance. Arrivant sur dix-huit ans, celle-ci va devoir se débrouiller par ses propres moyens car dix-huit ans c’est aussi l’âge ou l’on est renvoyé du foyer pour être dans la vie active. C’est ce qui va donc lui arriver. Et ce sera la mon seul point négatif pour ce roman, je trouve qu’elle se dégote un travail un peu trop facilement, jouant de beaucoup de chance…Ce fait mis à part nous voila doucement embarqué dans l’histoire.

Le récit s’alterne entre le présent et le passé à chaque chapitre. Si au début cela peut semblé déroutant on s’y fait pourtant très vite. On découvrira la vocation de Victoria et son rapport aux fleurs et aux personnes. On découvrira aussi son amour tout en pudeur. Comme je vous le disait rien de niais et c’est ce qui m’a vraiment plus.

Les personnages de Grant et Victoria sont tellement vrais, naturels, authentiques qu’il semble impossible de ne pas s’attacher à eux. J’ai aimé et leur communication et leur manque de communication à la fois.

Et puis sans oublier les autres personnages : la compréhensive Renata, maman Ruby,la patiente Elizabeth. Tous apporte vraiment quelque chose à l’histoire.

J’ai aimé que tout se passe par les fleurs aussi…J’aimerais vous en dire plus mais ce serait en dire trop car il faudrait vraiment que vous le découvrez par vous même, que vous découvrez cette magnifique histoire qu’est la leur.

Pour terminer ce billet je vous laisse donc avec quelques citations que j’ai relevé durant ma relecture (à ma première lecture en 2011 je ne tenais pas encore de cahier de citations) :

 » Choisir une façon de se conduire n’est pas révéler qui on est vraiment. »

 » Je ne pense pas que la nudité ait changé depuis la naissance du premier être humain. Seule la société change. »

 » J’aurais voulu qu’elle porte de l’aubépine, qu’elle ait le rire facile et ne sache pas ce que c’était d’avoir peur d’aimer. »

 » Il prit ma main pour la placer sur le dessus de l’appareil et appuya sur mon index en le posant sur un bouton métallique rond. Mon coeur s’arrêta de battre un fragment de seconde. Le temps du déclic de l’obturateur. Grant ôta ses mains, mais moi, je me gardai bien d’abaisser l’appareil. Je craignais que mon visage ne me trahisse. Je ne sais pas s’il aurait vu mes yeux briller de joie ou de haine, ni mes joues rougir de peur ou de plaisir. Toujours est-il que j’avais le souffle coupé. »

coup de coeur logo

Publicités

8 réflexions sur “Le langage secret des fleurs

  1. Depuis le temps que tu m’en parles et reparles, je finirais par le lire c’est sur. D’ailleurs j’aime tellement la couverture de la version poche, détails futils certes ^^ Une bien belle chronique que voilà en tout cas.

    • Eh oui depuis le temps !!!! 😉
      En tout cas moi c’est l’inverse c’est cette couverture-ci que j’adore, l’autre ne lui arrive pas à la cheville (d’ailleurs c’est ma couverture de roman préférée)
      Merci pour ma chronique en tout cas, ça me fais bien plaisir !

  2. Au premier abord, ce n’est pas un livre que j’aurai acheté mais ta chronique a aiguisé ma curiosité. J’ai vu sur Livraddict, qu’il était en poche… alors pourquoi pas !!

    • Je t’avais conseillé « Le serment du titanic » et je pense que tu as aimé, alors peut être aimeras-tu celui-ci 🙂

      Et personnellement je préfères la couverture du grand format (bon après tu me diras le texte reste le même)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s