Où j’ai commencé à regarder The L word….

l word

…Et où je suis devenue accro… Voila une série lesbienne dont j’entends parler depuis un moment mais  je me disais que ça n’aurais surement aucun attrait pour moi. Et bien j’ai eu tort ! Je m’y suis mise en ce vendredi 27 décembre et je viens déjà de m’engloutir toute la saison 1.

En fait je m’attendais à un genre de Desperate Housewives en un tout petit peu plus trash et dans le monde lesbien mais en fait ce n’est pas tout à fait cela.

Il est vrai que les scènes de sexe  très explicites (oui nous voyons tout) sont très nombreuses et que ça parle beaucoup de ce sujet mais si on dépasse cet aspect la série devient plus intéressante et traite de sujets d’actualité comme l’adoption ou l’insémination chez les homosexuel(le)s, la perversité dans l’art, les différences…

Mais je dois dire que si je continue à regarder cette série c’est grâce au personnage de Shane qui est le plus intéressant à mes yeux. l’actrice à une telle aura ! je la trouve pleine de charisme et elle m’a complètement envoûtée . C’est la seule qui ne mentionne pas sans cesse qu’elle est homo, elle n’en fait pas des caisses elle est juste elle-même et assume. Elle est naturelle et spontanée et c’est c’est ce que j’aime ! Ce que j’aime aussi chez elle (et points dans lesquels je me retrouve) c’est qu’elle ne juge personne, essaye toujours de choisir les bons mots…Elle fait sa vie et elle tolère autrui.

shane Voici Shane Mccutcheon

C’est le genre de personne que je pourrais suivre au bout du monde tant elle m’inspire et incite à être soi-même. Etant moi-même authentique dans tout ce que j’entreprends , j’aime voir qu’il existe encore des gens pareils. Mais ça m’a rappelé une leçon essentielle (aller c’est parti pour l’anecdote lol). Cette année j’ai été marqué par une phrase que m’a dite mon père : « il faut accepter les autres avec leurs bons et leurs mauvais côtés , personne n’est parfait. » Et la je ne sais pas j’ai eu comme un flash. Moi qui fus toujours déçue de mes rencontres je me suis dis que si effectivement je cherchais des personnes aussi sincères que moi je n’irais pas loin et j’ai donc décidé de ne plus rien attendre à ce niveau et donc d’accepter les gens comme ils sont et récolter le bon d’eux-mêmes.

Shane me rappelle un peu tout ça , de par sa différence par rapport aux autres filles justement et pourtant elle est acceptée et bien intégrée.

Pour finir je me dois de vous prévenir : pour pouvoir accrocher à ce monde, il faut être assez large d’esprit et ne pas vite être choqué sinon passez votre route. Je me rends compte que si j’avais regardé ça il y a 3 ans par exemple j’aurais trouvé cela déplacé.

N’hésitez plus, essayez au moins et dites moi votre avis, que vous aimez ou non, ce que vous pensez etc… je serais ravie de partager avec vous à ce sujet et qui sait, peut être trouver d’autres fans 🙂

Publicités

L’écho de ton souvenir

échoDe Pamela Hartshorne

 Edition / Collection : France Loisirs

 Date de parution : 2013

 Nombre de pages : 496

 Prix : 11,25€

Résumé : À six siècles d’intervalle, deux héroïnes nous emportent dans des chassés-croisés envoûtants. Un parfait mélange de romance, de suspense et de surnaturel pour les amateurs de Guillaume Musso et Marc Levy ! A propos de l’auteure: Pamela Hartshorne a mené une carrière extrèmement hétéroclite : cuisinière, professeur d’anglais à Jakarta ou encore interprète au Cameroun. Depuis, elle a écrit une soixantaine de romances et a également fait une thèse en histoire médiévale à l’université de York, où elle vit toujours aujourd’hui. Résumé Globe-trotter, Grace est de retour à York où elle a hérité de la demeure de son excentrique marraine. Entre ces murs, elle est très vite victime d’un étrange phénomène : elle se voit dans la peau d’une jeune domestique du XVIe siècle, Hawise. Parfois, dans la maison, un murmure se fait entendre… À travers les siècles, les destins des deux jeunes filles semblent irrémédiablement liés.

♦♦♦

L’écho de ton souvenir, soit mon premier livre chez France Loisirs et quelle surprise ! Si vous aimez le suspens, la romance et l’aventure alors vous trouverez votre compte dans ce livre. Oui parce qu’une fois commencé , on ne peut plus le lâcher.

Dès les premières phrases on se retrouve dans la peau d’une femme qui se noie. C’est suffoquant et on a envie d’en savoir plus, de savoir qui elle est …

Parallèlement on va suivre Grace, jeune femme fraichement débarquée à York dans le but de régler une affaire d’héritage suite au décès de sa marraine morte dans d’étranges circonstances. On se retrouve donc dans un appartement macabre ou des pommes pourries apparaissent et ou Grace croit entendre des voix.

Et puis Grace se met à avoir des « visions » et la nous allons comprendre petit à petit qui est la femme qui se noie. On va se retrouver au XVIe siècle. Les chapitres s’alternent entre présent et passé c’est pour cela que le rythme du livre m’a plu et est addictif. Difficile d’arrêter entre deux chapitres.

J’ai beaucoup aimé l’histoire d’Hawise qui se mariera et vivra quelques tourments. Tout est dans le détail dans ce livre et lorsqu’on bascule au XVIe siècle on a carrément l’impression d’y être tellement l’auteur nous livre des détails que ce soit sur les costumes ou les décors.

Si vous voulez savoir pourquoi la femme se noie alors il faudra attendre les dernières pages. Mais le voyage vaut le détour. Entre magie et réalité, Histoire et présent, une plume relativement sympathique.

J’ai vraiment aimé ce livre et j’espère la vous donner envie de le lire. (Comme d’habitude me direz-vous) mais franchement IL FAUT QUE VOUS LE LISEZ.

In my mailbox : Septembre / Octobre 2013

septEncore du lourd pour ces deux mois ! Tout d’abord je suis allée à une foire à la bd/ papeterie …(oui je ne lis pas de bds) mais j’ai trouvé le dvd du « Château dans le ciel » que j’avais sur une vielle vhs, un répertoire et trois supers adorables marques-pages (+ 1 gratuit à la caisse). Après ça le même jour je suis allée à une foire aux livres dans une autre ville. (Toujours par les mêmes organisateurs que les deux foires aux livres précédentes ou je suis allée). Sauf que celle-ci n’était pas terrible et j’ai juste pris « Animale » pour la moitié de son prix. Il était dans ma wishlist.

Ensuite une petite commande amazon (bah oui faut bien continuer à pratiquer sinon on perd la main non ?) avec « Miss Charity » qui est un sacré pavé mais les dessins sont tellement so sweet…

Et bien sur une fois sur le site je n’ai pas pu m’empêcher de regarder les livres sur la Belle Epoque encore une fois et j’ai craqué pour « La condition de la Femme à la Belle Epoque ».

Achat du dvd « Gatsby le Magnifique » dont j’ai lu le livre avant. Le film est pas mal, en fait grandiose visuellement mais la musique n’avait absolument rien à voir avec les années 20. M’enfin dès qu’il y a Leo, je ne réponds plus de rien !

Un livre sur les « pies » dans un magasin de déco (rappelle toi, je t’ai déjà dis…j’achète des livres de cuisine, mais je ne cuisine pas ou peu).

Ma mère c’était faite accrocher par un vendeur France Loisirs (elle ne lit pas mais…oh puis zut toute l’épopée serait longue à raconter alors bref on est inscrits à France Loisirs maintenant). Et j’ai lu « L’écho de ton souvenir » que j’ai adoré ! (chronique à suivre).

sept1Et on continue dans ma douce folie… Je vous passe les commentaires sur les cds achetés.

« Carnet de Dalles » sur Amazon  (rappelle-toi …pour ne pas perdre la main).

Après avoir littéralement adoré « L’écho de ton souvenir », j’ai reluqué tout le catalogue de France Loisirs en quête de perles comme celui la et j’avais noté quatre titres dont celui que je voulais le plus qui n’y était plus évidemment. J’ai donc pris « Le secret des pierres », « A l’ombre de nos larmes », « l’Ile au papillons » et la bien sur la vendeuse (et j’ai horreur de ça) me dit et on fait aussi développement photos, oh et puis des jolies box et puis….STOP emballe moi mes livres stp. Oh et je prends aussi « Je me soigne avec les huiles essentielles » pour la forme et parce qu’il ne coûte même pas trois euros. Il est donc trop indispensable à ma santé. Et puis aussi gratuitement « 150 proverbes et expressions expliqués ».

« La grande Bible des fées » achetée moitié prix puis dédicacée. Great ! j’aime le travail d’Edouard Brasey et depuis le temps que je le voulais celui la !

Et puis « Billie » ! Je l’aime Gavalda et je m’en claque les cacahuètes que d’autres la critique. J’ai lu ce livre (d’ou mon ironie inside) et je vous en reparle bientôt (ou tard).

Infos :

Hello tout le monde ! Je voulais m’excuser de mon absence. Non pas que je poste des billets à tour de bras mais cette fois-ci je fus absente un long moment. Comme d’habitude j’ai reporté quelques chroniques et puis…et puis j’ai eu des soucis d’ordinateur scrogneugneu ! Le bougre a dû aller en réparation, mais le voila il respire de nouveau.

Et je vous retrouve tout de suite mais encore avec une IMM !

In my mailbox : Juin / Juillet / Août 2013

J’ai voulu attendre d’avoir plusieurs choses à vous montrer pour faire une IMM et voila ce que ça donne une fois qu’on repousse toujours le billet… 3 mois d’achats ! Alors sans plus attendre voila :

été 2013

Il y a un peu de tout mais pas grand chose à détailler. Le journal de Frankie Pratt est un très bel objet et j’ai vraiment hâte de le lire pour pouvoir vous le présenter.

« L’attente de l’aube » et « Demain j’arrête » c’est ma tante qui me les a donné après qu’elle les ai lus.

Le livre de Rachel Ashwell parce que j’adore le shabby chic.

 

été 2013 (1)

 

La aussi il y a un peu de tout et n’importe quoi : Des dvds pour compléter ma filmo de Kate et Leo, « Les quatre filles du Docteur March » que j’adore depuis longtemps, « Le monde de Charlie » lu puis vu et j’adore, l’album de the wreckers car j’aime la folk…

 

été 2013 (2)

Et pour terminer, quelques livres pour ma Vae.

 

Voila, j’espère pouvoir revenir très vite mais cette fois avec une chronique !

 

 

La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules

bière

De Philippe Delerm

 Edition / Collection : Gallimard / L’arpenteur

 Date de parution : 4 février 1997

 Nombre de pages : 91

 Prix : 11,50€

 

Résumé :  « C’est facile, d’écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s’ouvre, docile, offerte. Quelques-unes, moins mûres, sont plus réticentes – une incision de l’ongle de l’index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d’un seul doigt. La dernière est si minuscule… L’écossage des petits pois n’est pas conçu pour expliquer, mais pour suivre le cours, à léger contretemps. Il y en aurait pour cinq minutes mais c’est bien de prolonger, d’alentir le matin, gousse à gousse, manches retroussées. On passe les mains dans les boules écossées qui remplissent le saladier. C’est doux ; toutes ces rondeurs contiguës font comme une eau vert tendre, et l’on s’étonne de ne pas avoir les mains mouillées. Un long silence de bien-être clair, et puis il y aura juste le pain à aller chercher. »

 

♦♦♦

 

Ce livre est fait pour quiconque sait voir la beauté autour de soi, les petits plaisirs quotidiens. Oui car il est bien question de cela dans ce livre. Rien de plus pas de personnages, pas d’histoires juste des souvenirs, des petits moments de vie. Philippe Delerm a une bien jolie plume. C’est le premier livre que je lis de cet auteur mais ce ne sera pas le dernier.

Souvent je me surprends à apprécier des petites choses que beaucoup d’autres ne perçoivent pas car ils n’y prêtent pas la moindre attention. Delerm fait apparemment parti de la même espèce que moi et j’ai été ravie de le savoir. Je ne savais pas que d’autres personnes pouvaient relever d’aussi minuscules détails.

C’est un tout petit livre de par sa taille et son nombre de pages mais très grand par sa qualité. C’est une petite pépite qui vient se lotir dans ma liste de livres préférés. Je dirai que ma nouvelle préférée est « invité par surprise » parce que j’adore quand cela m’arrive et que je m’y suis tout à fait retrouvé.

Vous l’aurez compris Delerm j’adore, j’adhère ! et je vous conseille ce petit ouvrage pour vous rappelez que la vie est belle et que si un jour la déprime pointe le bout de son nez il faut juste lire quelques pages de « la première gorgée de bière ».

Titanic : L’exposition

titanic

Un de mes rêves s’est réalisé le samedi 6 Juillet 2013 !!! Vous connaissez la fan du Titanic qui sommeille en moi, l’exposition faisait partie de mes doux rêves inaccessibles jusqu’au jour ou ma tante m’envois un message très bien tourné m’annonçant que nous embarquerons vers cette aventure.

J’avais du mal à y croire et puis…cela fais déjà deux semaines qu’on y est allés. J’avais envie de partager ça ici, avec vous, mais pendant un temps je voulais que ce souvenir n’appartienne qu’à moi. Maintenant je peux donc vous faire cet article mais je garderai sous silence ma magnifique journée à Paris qui restera un souvenir personnel que je chérirai longtemps (toujours). Je vous épargne aussi mes nombreuses photos (histoire d’éviter qu’on me les pique aussi).

 

Pour cette exposition on a mis à peu près 1h30. A l’arrivée les audio-guides vous sont donnés ainsi que la carte d’embarquement. Attention flashs interdits. Evidemment ayant acheté mon réflex peu de temps avant je ne le connaissais pas par coeur et il a fait de gros flashs et la le drame – une dame de l’expo m’a foncé dessus. Heureusement les réflex on en voit partout à Paris et dans l’expo un homme avait quasiment le même que le mien j’ai donc pu lui demander comment résoudre la chose. Et je remercie vraiment ce parfait inconnu sans qui je n’aurais pas pu faire de photos (j’aurais été malheureuse sinon).

Bref, on a mis 1h30…Au début nous avons plusieurs explications sur la belle époque de manière générale et ça tombait bien car j’adore ça. C’est un sujet qui me passionne et je ne pensais pas avoir tout ce paragraphe avec l’audio guide. (petit plus pour les chansons qui passent en fond).

Toujours dans la première salle nous avons une très grande maquette du paquebot et à coté la proue du titanic pour faire l’éternelle photo comme Jack et Rose dans le film. Cette photo se fait devant un fond vert comme ça après ils vous font le montage et vous payez en caisse. Personnellement je ne l’ai pas fait étant donné le monde présent. Et puis j’avais bien l’intention de m’en prendre plein les mirettes avec l’exposition.

A un moment on passe dans un couloir de première classe puis dans celui de troisième classe. Nous avons également le café verandah reconstitué. Une photographie du grand escalier avec les colonnes par devant.Et avec tout ça de nombreux objets, vaisselles…qui rendent la tragédie toujours plus réelle.

Mais l’émotion est vraiment venue lorsqu’on arrive dans la dernière salle. Celle traitant du naufrage. Un iceberg sur lequel nous pouvons poser les mains, nous fait prendre conscience.J’imaginais déjà l’horreur que ça devait être mais en le touchant on se rend compte comment des personnes ont pu mourir d’hypothermie au bout de vingt minutes seulement.

Pour ma part les larmes sont venues devant la vidéo 3D de l’épave. C’est la qu’on se rend bien compte que ce n’est pas qu’une histoire, que des milliers de gens sont morts.Que l’Homme s’est senti encore une fois plus grand que la nature.

 

Bien sur je ne vous fait qu’un bref résumé sinon ce serait très longtemps. J’ai tellement vu de choses ! L’exposition m’a intéressée de A à Z. et après ça passage à la boutique oblige. Pour la boutique légère déception (plusieurs fans s’en sont plains). Certes niveau livres, vaisselle…elle est fournie mais il y a beaucoup de bijoux reproduits made in china vendu chers et de mauvaise qualité. j’ai quand même craqué pour une bague à 15 euros mais qui ne les vaut pas, on dirait un jouet. A part ça j’ai acheté le catalogue de l’expo et le gros livre du centenaire par Beau Riffenburgh que j’avais déjà prévu d’acheter de toute manière, puis un petit marque page magnétique.

Je vous met la photo ci-dessous (et malgré que je ne raconte pas le reste de ma journée vous pouvez quand même voir les achats que j’ai fais une musée Grévin) :

titanic1 titanic2

En somme c’est une exposition que je vous recommande vivement ! Que vous soyez passionnés du Titanic ou non c’est toujours susceptible de vous plaire.( la preuve l’expo marche du tonnerre, il y  a foule).

Et je vous laisse le lien du site pour plus d’infos et de photos http://titanic-expo.com/

 

 

Le langage secret des fleurs

48. Le langage secret des fleurs

De Vanessa Diffenbaugh

 Edition / Collection : Presse de la Cité

 Date de parution : 12 mai 2011

 Nombre de pages : 404

 Prix : 19,48€

Résumé : Des azalées pour la passion, des roses rouges pour l’amour, du chèvrefeuille pour l’attachement… Ballottée depuis toujours de familles d’accueil en foyers, Victoria Jones est une écorchée vive que la vie n’a pas épargnée. Incapable d’exprimer ses sentiments à travers les mots, l’orpheline a appris à maîtriser le langage secret des fleurs, qui traduit parfaitement ses émotions extrêmes. A dix-huit ans, elle se retrouve à la rue et se réfugie dans un parc de San Francisco, où elle se crée un véritable jardin secret à partir de boutures volées au gré de ses errances. Sa rencontre avec Renata, une fleuriste, lui fait prendre conscience de son formidable pouvoir : celui d’aider les autres à communiquer leurs sentiments les plus profonds à travers des bouquets savamment composés. Pour la première fois, Victoria se sent à sa place. Il ne lui reste plus qu’à s’ouvrir au monde. Et à régler quelques comptes avec son passé…

♦♦♦

J’ai lu pour la première fois ce livre pendant l’ été 2011, pendant mes vacances sur la terrasse en Espagne (super cadre pour pareille lecture ) (détail des plus intéressants). C’est mon deuxième livre préféré. La première fois que je l’ai lu j’étais encore sur mon ancien blog et j’avais fais une très brève chronique plusieurs mois après l’avoir lu malgré le fait que l’histoire je m’en rappelle toujours.

Pour cette deuxième lecture j’ai pris autant de plaisir. Je me rappelais parfaitement l’histoire et j’ai toujours autant aimé les personnages si ce n’est plus…On redécouvre ce qu’on aime déjà.

Pour commencer je voudrais m’attardais sur le titre : bien que poétique pour certains mais trop guimauve pour d’autres (moi il me plait bien ^^) il n’est en rien niais. Certes il y a en fond une histoire d’amour mais il y a bien plus. Je ne cantonnerai pas ce livre à ça.

Le personnage principal est Victoria. Jeune fille au caractère très dur qui est en foyer depuis sa plus tendre enfance. Arrivant sur dix-huit ans, celle-ci va devoir se débrouiller par ses propres moyens car dix-huit ans c’est aussi l’âge ou l’on est renvoyé du foyer pour être dans la vie active. C’est ce qui va donc lui arriver. Et ce sera la mon seul point négatif pour ce roman, je trouve qu’elle se dégote un travail un peu trop facilement, jouant de beaucoup de chance…Ce fait mis à part nous voila doucement embarqué dans l’histoire.

Le récit s’alterne entre le présent et le passé à chaque chapitre. Si au début cela peut semblé déroutant on s’y fait pourtant très vite. On découvrira la vocation de Victoria et son rapport aux fleurs et aux personnes. On découvrira aussi son amour tout en pudeur. Comme je vous le disait rien de niais et c’est ce qui m’a vraiment plus.

Les personnages de Grant et Victoria sont tellement vrais, naturels, authentiques qu’il semble impossible de ne pas s’attacher à eux. J’ai aimé et leur communication et leur manque de communication à la fois.

Et puis sans oublier les autres personnages : la compréhensive Renata, maman Ruby,la patiente Elizabeth. Tous apporte vraiment quelque chose à l’histoire.

J’ai aimé que tout se passe par les fleurs aussi…J’aimerais vous en dire plus mais ce serait en dire trop car il faudrait vraiment que vous le découvrez par vous même, que vous découvrez cette magnifique histoire qu’est la leur.

Pour terminer ce billet je vous laisse donc avec quelques citations que j’ai relevé durant ma relecture (à ma première lecture en 2011 je ne tenais pas encore de cahier de citations) :

 » Choisir une façon de se conduire n’est pas révéler qui on est vraiment. »

 » Je ne pense pas que la nudité ait changé depuis la naissance du premier être humain. Seule la société change. »

 » J’aurais voulu qu’elle porte de l’aubépine, qu’elle ait le rire facile et ne sache pas ce que c’était d’avoir peur d’aimer. »

 » Il prit ma main pour la placer sur le dessus de l’appareil et appuya sur mon index en le posant sur un bouton métallique rond. Mon coeur s’arrêta de battre un fragment de seconde. Le temps du déclic de l’obturateur. Grant ôta ses mains, mais moi, je me gardai bien d’abaisser l’appareil. Je craignais que mon visage ne me trahisse. Je ne sais pas s’il aurait vu mes yeux briller de joie ou de haine, ni mes joues rougir de peur ou de plaisir. Toujours est-il que j’avais le souffle coupé. »

coup de coeur logo

Anniversaire du blog

tumblr_mijk1vGMWR1rzzy9io1_500En ce 16 Juin 2013 le blog a déjà un an

Quand je l’ai commencé je ne savais vraiment pas ce que ça donnerai, si je le continuerai…J’y ai pris plaisir et je dirai que plus le temps passe plus j’y prends plaisir d’ailleurs malgré que je n’ai plus beaucoup de temps pour passer ici.

Malgré aussi le fait qu’il y ai peu de personnes qui passe ici, j’adore parler de mes lectures, d’échanger avec d’autres lecteurs, de voir d’autres avis que les miens. J’ai découvert des gens qui avaient plus ou moins les mêmes goûts que moi niveau lecture et ça c’est génial !

Je découvre aussi des tas de livres que je veux acheter (ça c’est mal !!!!) donc que du bonheur pour cette première bougie.Je ne sais pas si le blog sera encore actif l’année prochaine, je ne me projette pas. Je profite justement de ce qu’il m’apporte au fur et à mesure du temps qui passe et j’en suis très satisfaite.

Je sens aussi que j’acquiers une certaine maturité maintenant dans mes lectures, ça m’étonne moi même.

Merci à vous qui passez parfois par ici, merci à ceux qui y laissent leurs impressions. C’est toujours agréable et je vous en suis reconnaissante 🙂

 

Le why café

why café

De John P. Strelecky

Edition / Collection : Le dauphin blanc

Date de parution : 25 septembre 2009

Nombre de pages : 153

Prix : 11,38€

Résumé : Pour fuir le stress et la pression au travail et dans la vie quotidienne, John prend la route pour quelques jours de vacances. Retardé par un accident, il se voit contraint de modifier son itinéraire et d’emprunter un chemin inconnu et isolé sur lequel il se perd. Contre toute attente, alors qu’il est sur le point de manquer d’essence et qu’il est affamé, il aboutit à un café au milieu de nulle part et dans lequel il fait la connaissance de trois personnes qui l’amèneront à réfléchir sur la vie d’un point de vue différent. Mais surtout, il découvre sur le menu du café trois questions qui le porteront à réévaluer sa propre existence : Pourquoi êtes-vous ici ? Craignez-vous la mort ? Etes-vous pleinement épanoui ? De discussion en discussion, de réflexion en réflexion, l’homme voit sa vision de la vie se transformer. Lorsqu’il quitte le café, tard dans la nuit, il sait qu’il ne sera plus jamais le même homme et que sa vie vient de prendre un tournant majeur. Best seller international vendu à plus de 300,000 exemplaires et traduit en 18 langues, Le Why café est une histoire au sujet des occasions que l’on trouve à la croisée des chemins. Ce livre, véritable phénomène international de l’édition, inspirera les lecteurs qui, dans la foulée du personnage principal, partiront eux aussi à la découverte d’eux-mêmes et transformeront leur propre existence.

♦♦♦

Avant d’écrire mon avis j’aimerais vous écrire la petite histoire. Comment ce livre a croisé ma route ? Et au bon moment en plus…Je fouillais sur le net prête à commander « L’art de la simplicité – Dominique Loreau » mais voila que dans les recommandations je vois « Le why café ». Très intriguée par sa couverture je m’en vais donc voir le résumé. En voyant les trois questions en caractère gras je me suis dis que ce livre avait l’air bien et finalement j’ai choisi de commander celui-ci plutôt que l’autre.

En somme, j’ai commandé un livre un peu par hasard et celui-ci a été une véritable révélation.

Comme je le disais dans ma chronique de  » Le Serment du titanic », parfois on lit certains livres au bon moment. Ils sont exactement ceux qu’on cherche et nous tombe dessus à l’instant ou on le souhaite. Dans ces cas la, il se passe une vraie rencontre avec le livre et on  n’en ressort jamais indemnes. C’est ce qui m’est arrivé lors de cette lecture.

Ce qu’au départ je prenais pour un simple livre de développement personnel , s’est révélé bien plus. Il n’est pas construit comme les autres livres de ce genre qui peuvent être parfois rébarbatifs , il est romancé. Au début du livre nous avons des commentaires de journalistes ayant lu le why café. Il n’y a que des avis dithyrambiques et moi quand c’est comme ça je me dis que c’est trop énorme autant d’avis positifs, je ne voyais pas comment un livre pouvait autant changé la vie d’autant de personnes…j’ignorais encore que j’allais les rejoindre.

Le why café est l’histoire d’un homme qui pour fuir la pression du travail et de la vie en général décide de prendre un peu de congés. Pas de chance , il va se retrouver complètement perdu sur une route…et la, le meilleur est à venir.

Tombant par hasard sur un café, il va découvrir un étrange menu.S’y déroulera de longues discussions intéressantes. On est d’emblée mis à la place de l’homme. Ces conversations nous concernent , on souhaiterait y prendre part et quelque part nous le faisons en lisant ce livre.

Cela concerne la vie en général, la société de consommation. Mais surtout ça nous pose la question : pourquoi mettre tout en oeuvre pour être heureux un jour alors que l’on peut l’être de suite si l’on s’en donne les moyens, si on a la bonne façon de voir les choses ?

Ce livre m’a appris beaucoup, ma vision des choses qui se modifiait déjà…j’ai été aidé avec ce livre. (C’est pour cela que je précise qu’il m’est tombé dessus au bon moment).

Sincèrement je conseillerai ce livre à tout le monde. Car même si ça ne vous fait pas le même effet (ce dont je doute) les discussions sont intéressantes et vous vous poserez peut être aussi les questions du menu. En espérant que vous trouvez vos réponses.

Ce livre est tellement bien fait que j’ai commandé l’autre (et seul) livre traduit en français de cet auteur : « Le safari de la vie » que je n’ai pas encore lu pour l’instant.

A vous de vous faire votre avis maintenant et de venir en discuter ici si cela vous chante.

« Ajoutez tous les gens qui essaient de capter votre attention pour des émissions de télé, des endroits ou manger, des destinations de voyage. Vous pouvez rapidement vous retrouvez à faire ce que les autres font, ou voudraient vous faire faire. »

« Je ne savais vraiment pas ce que je voulais étudier lorsque je suis entré au collège. J’ai finalement opté pour un programme que je ne détestais pas et qui, selon les gens autour,  offrait de bonnes chances d’obtenir un emploi à la fin des études. Lorsque l’école se termina, j’ai commencé à travailler et je me suis concentré de plus en plus à gagner de l’argent. Graduellement, j’en suis venu à obtenir un très bon salaire et je me suis en quelque sorte glissé dans une routine. »

 » La vie est une histoire formidable, John. Seulement les gens ne réalisent pas qu’ils en sont les auteurs et qu’ils peuvent l’écrire comme ils la veulent. »